Actualité International

Québec : Charte des valeurs ou charte islamophobe ? Nacer Nadji

québecLes musulmans sont la communauté religieuse qui connait la plus forte croissance au Canada. Une enquête nationale Canadienne très récente révèle que la population musulmane dans ce pays a augmenté de 82% au cours de la dernière décennie, soit un peu plus d’un million de Canadiens se sont déclarés musulman. Ces chiffres montrent bien que l’islam progresse sans difficultés grâce notamment à une politique d’accueil que le Canada a adopté pour parer à son déficit démographique, démontrant beaucoup d’ouverture à la diversité culturelle. Il est certain que le changement de milieu culturel de ces communautés (La communauté Algérienne est estimée actuellement à plus de 60 000 personnes) constitue tout un défi. Quitter son milieu d’origine, ses repères et ses références pour s’installer dans un autre milieu ou la diversité est la caractéristique principale, nécessite tout un exercice d’adaptation.
Mais la dernière élection de septembre 2012 de la province du Québec remportée par le parti PQ, souverainiste de gauche et qui a conduit Pauline Marois au poste de premier ministre, un projet de charte visant à établir des valeurs faisant consensus au Québec a été déposé à l’assemblée nationale. Afin de souligner le caractère laïc et souverain de la nation, le gouvernement souhaite placer des balises pour encadrer la présence de la religion dans la société via ce projet de charte des valeurs. Ainsi  les souverainistes du parti Québécois veulent se distancer autant que possible du reste du Canada, autrement dit, le Canada Anglais et de son libéralisme qui ne place aucune entrave à la liberté religieuse. En même temps le gouvernement actuel est extrêmement influencé par Paris et sa laïcité à la Française.
Cette charte des valeurs qualifiée, à juste titre de charte de discrimination, de division et de diversion, déchire la province et suscite de nombreuses réactions. Sans surprise, c’est bien la communauté musulmane qui est visée et touchée de plein fouet. En ce sens que l’un des points du texte fait référence à l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique. Concrètement, l’interdiction s’appliquera aux personnes les plus vulnérables, les femmes en hijab portant le foulard ou le voile. Ces femmes hautement diplômées, déjà discriminées à l’embauche vont devoir une fois de plus subir la persécution de la charte, prises au chantage de choisir entre leur emploi et leur identité.


Problème de constitutionnalité, atteintes aux libertés, faiblesses quand à la mise en œuvre, la charte s’est fait beaucoup d’ennemis. L’opposition libérale rejette le projet. La gauche et les  milieux séparatistes sont divisés. Les organisations canadiennes de la société civile (Association musulmane Québécoise,  fédération des Canadiens musulmans, bel agir) sont unanimes à condamner le projet et estiment qu’il propose la ségrégation des minorités  religieuses en leur imposant les normes culturelles et confessionnelles de la majorité. Les ambitions électoralistes et le mimétisme du modèle futile de la France ne peuvent justifier l’imposition de cette charte. Le centre culturel Algérien a dans un communiqué, appelé tous les concitoyens conscients du danger de ce projet de loi, de l’aventurisme de l’action du gouvernement et de son impact désastreux sur plusieurs générations de Québécois a exprimer leur désarrois et leur refus en envoyant ledit communiqué à toute les institutions démocratiques du pays.                                                     

 

                                                                                                                Nacer Nadji.