Documents

Appel pour la paix et la concorde au M’Zab /Mohamed Messen

GHARLes graves incidents qui secouent d’une façon récurrente la région du M’Zab, suscitent les plus vives inquiétudes chez tous les citoyens de notre pays, attachés profondément à l’unité nationale et à la paix civile.

 

Les affrontements fratricides et tragiques, ainsi que les actes dévastateurs qui affectent le M’Zab, risquent de conduire à une véritable sédition « Fitna », avec toutes les conséquences dramatiques que cela comporte autant sur le plan régional que national. Le Saint Coran ne nous enseigne-t-il pas que « La Fitna est pire que le meurtre » ?

 

Le M’Zab, bâti depuis des siècles sur des valeurs arabo-islamiques, fait partie intégrante de l’Algérie. Et à ce titre, tous les habitants du M’Zab, sans discrimination aucune, sont des Algériens à part entière ; ils ont le droit imprescriptible d’y vivre dans la sécurité et la paix, sous la protection de la loi et du droit qui garantissent l’inviolabilité de leur vie et de leurs biens, conformément aux prescriptions de notre Saint-Coran, qui est notre guide à tous.

 

Il n’y a pas de raison pour que ce qui a été possible pendant des siècles, ne subsiste pas dans l’Algérie devenue indépendante. Le M’Zab est l’une des plus belles, des plus pieuses et des plus pacifiques régions de notre patrie, l’Algérie. Il doit continuer à demeurer l’un de nos meilleurs exemples de la concorde, qui forme le ciment de notre cohésion nationale.

 

Quelle que soient les spécificités qui caractérisent les communautés, rien ne peut justifier les agressions et les affrontements aussi bien aberrants que sacrilèges qui opposent des citoyens adeptes de la même foi islamique, nourris par la même culture arabo-musulmane, et qui ont versé ensemble leur sang pour la libération de l’Algérie. Ceci justifie encore moins, la profanation de cimetières, le pillage et l’incendie d’édifices publics et de propriétés privées.

 

A l’origine de ces incidents, il y a sans aucun doute des intrigues et des manœuvres de mains criminelles, de mafieux et de truands qui sèment la discorde et le désordre, si favorables à toutes sortes d’intérêts contraires au bien public.

 

Sinon, comment peut-on expliquer un conflit fratricide qui oppose aujourd’hui deux communautés qui ont vécu pendant des siècles dans la fraternité et la concorde ?

 

Aussi, est-il impérieux que toutes les voix de la sagesse et du patriotisme, au M’Zab et partout ailleurs, s’élèvent pour prêcher le pardon et la tolérance, dénoncer et barrer la route aux malfaiteurs et prédateurs, qui ne pensent qu’à leurs intérêts sordides, sans considération pour la paix et l’unité nationale.

 

Il est enfin primordial que les pouvoirs publics qui ont la plus haute responsabilité du maintien de l’ordre, usent avec impartialité et une sévérité extrême, de tous les pouvoirs que leur confère la loi, pour mettre hors d’état de nuire, les réseaux prédateurs mafieux, ainsi que tous les fauteurs de troubles sans aucune discrimination.

 

D’autre part, il est urgent de désigner une commission d’enquête et de réforme nationale, représentative, à même de diagnostiquer toutes les raisons du conflit, d’engager le dialogue et d’apporter les solutions durables aux problèmes en suspens.

 

C’est là le meilleur moyen d’assurer la sécurité des biens et des personnes, de rétablir la paix, et d’ouvrir la voie de la réconciliation et de la fraternité.

 

Prions Allah le Suprême, de garder notre Algérie, de la protéger contre la haine et la « Fitna », apparente ou dissimulée, et nous unir sous sa grâce et sa miséricorde.

 

Alger le : 08/02/2014