Non classé

DEFILE FRANÇAIS DU 14 JUILLET 2014 ET L’ALGERIE/ Mahi TABET AOUL

interNous venons d’apprendre, par l’intermédiaire des médias français, la participation de militaires algériens au défilé des troupes françaises du 14 juillet 2014, à l’occasion de la célébration de la libération de la France de l’occupation allemande. Comme c’est devenu habituel, cette information n’est pas venue d’Alger mais de Paris. Les responsables français profitent de cette occasion pour faire un bon scoop sur la portée du fameux patriotisme des maitres actuels de l’Algérie à travers leur reddition et leur soumission. Ce n’est qu’après la diffusion de la nouvelle par Paris que la confirmation est venue d’Alger.

Sitôt, la nouvelle diffusée et voici les journalistes français aux portes du parlement algérien pour récolter les réactions des officiels et des partis. Certains de ces parlementaires ont approuvé cette participation algérienne et d’autres s’y sont opposés.

L’argument officiel avancé et relayé par ceux qui y sont favorables, est de considérer cet évènement sous le signe de la lutte contre le fascisme hitlérien.

L’argument avancé, par ceux qui s’y opposent, est que cette participation aurait du être subordonnée à la reconnaissance préalable par la France des nombreux génocides commis par la France coloniale en Algérie.

 

RAISONS FORMULEES PAR LES AUTORITES ALGERIENNES

 

Voici les raisons formulées par les tenants du pouvoir : «L’Algérie participera, dans le même format et dans les mêmes conditions que quatre-vingts autres nations dont des citoyens sont tombés sur les champs de bataille de la 1ère guerre mondiale, à la manifestation prévue à Paris à cet effet. Le peuple algérien assume toute son histoire et honore ses propres contributions à la liberté à travers le monde. Cette participation qui aura lieu le 14 juillet à Paris, vise à rendre à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leurs vies pour la liberté d’autrui et la leur propre ».

D’abord, il faut rétablir les faits historiques, le défilé du 14 juillet ne concerne pas uniquement la 1ère guerre mondiale mais surtout la célébration de la victoire de 2ère guerre mondiale, puisque aucun défilé militaire n’a été organisé entre 1940 et 1944. Ce n’est qu’en 1945 que ce défilé a repris

Nous savons tous que les Algériens, soumis au fer rouge de la colonisation, avaient, à l’époque, d’autres soucis que d’aller se battre contre les troupes d’Hitler,

parce tout simplement ils faisaient face au fascisme français qui les étreignaient chez eux et les réduisaient à l’esclavage. En quoi le fascisme Hitlérien se différenciera t-il du fascisme colonial qui a usé des mêmes techniques de domination, assassinats et fosses communes, exploitation, destruction, asservissement, torture, enfumage…… ?

Au nom de quel intérêt ou de quel motif, les maitres d’Alger cherchent-ils à déguiser, aujourd’hui, leurs manœuvres cachées en déformant la vérité historique?  Pourquoi se référer au fascisme hitlérien et au nombre des 80 nations, qui participent au défilé, pour se justifier ?

Doit-on suivre les autres et faire abstraction de notre propre histoire et induire en erreur les nouvelles générations en brandissant des affiches ou des arguments trompeurs? S’agit-il seulement suivre comme les moutons de Panurge les autres ?

La politique, chez nous, est devenue ce vêtement qu’il faut arborer selon la mode du moment, choisie par les puissants.

Je pose la question aux maitres d’Alger: dans quel état d’esprit se sentirait ce pauvre militaire envoyé au défilé, quand ses pas battront le pavé de Paris. Ce militaire oubliera t-il nos morts de mai 1945 et nos martyrs de la guerre d’indépendance ? Il ne faut pas oublier que l’année 1945 a été l’année de la reprise de ce défilé ? Ce pauvre militaire pourrait-il faire abstraction de sa conscience qui lui rappellera, dans ces mêmes lieux qu’il foule de ses pieds, les morts algériens jetés en octobre 1960 dans les eaux sales de la Seine, le massacre à ciel ouvert perpétré contre le peuple palestinien à Gaza au même moment où il défilera? Oubliera t-il  les déclarations répétées et l’appui sans limite du Sieur Hollande en faveur d’Israël et qui condamne sans retenue et sans pitié les Palestiniens en légitimant le génocide perpétré contre la population de Gaza?

         Said Bouhadja du FLN va jusqu’à affirmer «La participation s’inscrit dans le cadre du rapprochement progressif et de l’évolution notable des relations avec la France depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir ». Comment envisager un rapprochement avec une France socialiste qui refuse toute reconnaisse de ses crimes coloniaux en Algérie, et qui de plus, est entièrement acquise aux thèses sionistes expansionnistes. N’est ce pas là une autre forme d’adhésion et de continuité de la colonisation ailleurs qu’en Algérie et toujours en terre d’Islam?

Quand le maitre et sa cour se mettent à faire défendre le faux et l’usage du faux, en maquillant la vérité, que resterait-il alors à espérer pour l’avenir de l’Algérie, sinon de voir, petit à petit, sa souveraineté et sa dignité se réduire en peau de chagrin ? ALLAH YASTAR !

ANALYSE HISTORIQUE SUR LA PARTICIPATION DES ALGERIENS AUX GUERRES DE LA FRANCE DURANT LA COLONISATION

 

Pour examiner rationnellement et objectivement les motifs avancés par les maitres d’Alger, concernant la participation des militaires algériens au défilé du 14 juillet 2014, faisons appel à l’histoire qui nous éclairera de ses lumières. Nos morts n’ont pas seulement participé aux première et deuxième guerres mondiales mais aussi à d’autres guerres menées par la France dans le monde comme celle d’Indochine.

Les guerres, menées durant la colonisation de l’Algérie, posent la question du statut et de la nature de la participation des Algériens à ces guerres. Il est tout à fait normal de se poser la question de savoir si cette participation était volontaire ou forcée. Pour y répondre, et les anciens le savent, la plupart des Algériens, sous la colonisation, étaient enrôlés de force pour être acheminés comme chair à canons sur les terrains de combat les plus chauds et les plus ardents de l’époque. Les Algériens comme les Maghrébins et les Africains étaient la plupart du temps placés en première ligne pour protéger les colonnes des soldats français de la métropole. Qui de nous n’a pas entendu parler ou constaté comme de visu, ces Algériens drapés dans une tenue particulière qui les distinguer des soldats de souche française ? Pour la stratégie coloniale, il s’agissait de disposer d’une identification facile sur le terrain de bataille pour en user à bon prix en protégeant les fils de la métropole. Qui des anciens n’a pas vu ces cérémonies (marches, chants et scènes chorégraphiques rythmés) au moment où les tirailleurs algériens quittaient l’Algérie pour aller à la guerre pour servir de pâture au service de la France. De nombreux écrits émanant de Français eux-mêmes ont reproché aux généraux français l’exploitation des Africains comme « CHAIR A CANON » au cours de nombreuses batailles, durant les deux guerres mondiales.

C’est vrai que la misère, imposée aux Algériens, a conduit de nombreux d’entre eux à s’engager dans l’armée française pour pouvoir survivre et nourrir leurs familles. Mais cela restait marginal pour deux raisons : la première liée à la réticence des Algériens vis-à-vis de l’armée coloniale et la deuxième liée à la méfiance des autorités coloniales et au coût financier que cela entrainait.

Très vite, la colonisation décida d’enrôler les Algériens de force pour  servir de soldats. Devant cette situation, de nombreuses familles algériennes ont commencé à émigrer vers le Moyen Orient et principalement en Syrie pour échapper à cet enrôlement.

Les morts algériens, des différentes guerres menées par la France, n’ont pas choisi de participer à ces guerres de leur plein gré. Ils étaient contraints, malgré eux, de

les faire. Serait-il du devoir des militaires algériens, d’aujourd’hui, de leur rendre hommage sur le terrain même du colonisateur qui les y a obligés en entraînant leur mort ? Au contraire et en toute logique, on devrait reprocher à la France d’être responsable de leur mort, pour la simple raison qu’ils n’ont pas choisie de se battre en toute conscience.

Logiquement, au lieu de participer à la célébration de nos morts à Paris, on du le faire en Algérie et inviter la France à Alger à y participer pour faire reconnaitre son crime et fournir les excuses.

RISQUES AU FUTUR

 

Après l’autorisation du survol du territoire algérien par l’aviation militaire française, opérant au Mali, la participation de l’armée algérienne au défilé du 14 juillet 2014 à Paris, il faut bien se demander la suite que risque de nous réserver l’avenir de la part des maitres d’Alger. A ces concessions successives, il n’est pas étonnant de voir demain revenir en Algérie les harkis et leur fils au nom du droit de la terre et pourquoi pas aussi les anciens colons et leurs fils au nom de ce même droit. On a bien inventé le droit d’intervention humanitaire et pourquoi pas celui de naissance pour satisfaire l’Occident.