Le mot du président

Immunisons notre jeunesse!

guessoum abderrazakInterrogez les historiens, les plus justes notamment  parmi eux, ceux qui ont consacré leurs études aux actes de la tragédie colonialiste en Algérie. Faites appel au témoignage des chercheurs, les plus objectifs, particulièrement ceux qui ont procédé à l’analyse des différentes étapes de l’histoire d’Algérie. Qu’ils soient algériens ou non, morts ou vivants, ces historiens et chercheurs, sont unanimes à mettre en exergue la contribution distinguée des  Oulamas Algériens en général et ceux groupés au sein de l’Association des Oulamas Musulmans Algériens en particulier. Ils ont été à l’avant-garde de la lutte pour la restauration de la souveraineté nationale, sans sous-estimé mer le rôle assumé par les autres associations algériennes, à caractère publique, religieux, ou culturel dans la longue lutte libératrice en Algérie, l’Association des Oulamas Musulmans Algériens  se distingue par un facteur déterminant qui est celui de s’attaquer aux racines du mal colonial dans toute sa profondeur. En effet, le défi colonialiste en Algérie dans ses différentes dimension et qui constitue un phénomène complexe, n’a d’égale e, face de lui que la réaction « Oulamiste » aux multiples aspects qui s’enracine en profondeur dans les entailles du peuple algérien. La réaction des oulamas algérien a été rapide, efficace et décisive pour déjouer le plan de la colonisation française en Algérie, qui après avoir renversé l’Etat Algérien par la force militaire, s’est fixé comme objectif la destruction des composantes de la nation algérienne en nationalisant ses habous, en interdisant l’utilisation de la langue Arabe et en transformant ses mosquées et ses lieux de culte en églises, musées, ou autres. Conscients su danger qui guète l’existence du peuple algérien, les Oulamas par un vaste programme ordonné et méthodique se sont mobilisés pour restituer à notre peuple son âme égarée, son histoire bafouée, son identité effacée et sa souveraineté piétinée. C’est, alors, pour faire face à la machination colonialiste ayant pour objectif la substitution d’un peuple par un autre, la transformation d’une culture, l’éradication de toute une nation, que l’association des Oulamas Musulmans Algériens a vu le jour sous l’égide de l’Imam Abdelhamid Ibn Badis, le grand savant à réussi à rassembler autour de lui des éminentes personnalités de renommée nationale et internationale. Ainsi, l’œuvre civilisatrice menée par ces combattants du savoir a permis à l’Algérie de se mobiliser sous la devise sacrée :L’Islam notre religion, l’Arabe notre langue et l’Algérie notre patrie. C’est grâce à ce nouveau souffle que le peuple algérien a acquis sa capacité physique et morale pour déclencher la plus grande révolution libératrice dans le monde, celle de novembre 1954. Fidèles à leurs ancêtres, leurs disciples se mobilisent aujourd’hui dans une Algérie indépendante pour immuniser le citoyen algérien contre les différentes formes du néo-colonialisme qui se fixe comme objectif l’exploitation de l’économie nationale, la falsification de la culture identitaire, bref, la destruction des fondements du fait national. C’est pourquoi, et à l’instar  de nos précurseurs, nous nous adressons aujourd’hui à la  jeunesse en tant que force vitale de la nation pour la sensibiliser sur le rôle d’avant-garde qui lui incombe et qui consiste à sauvegarder l’unité nationale contre toutes les tentatives diaboliques, afin de pouvoir replacer notre pays l’Algérie dans la bonne voie qui est celle de la civilisation arabo-islamique et dans le cadre d’un développement globale ou chacun et chacune retrouve sa dignité et son bien-être. Aussi le « Jeune Musulman », cette revue historique qui se veut l’expression des  profondes aspirations de notre jeunesse prête serment à rester fidèle aux engagements pris par nos premiers savants, à savoir, œuvrer pour changement dans le cadre de nos constantes. Ceci, nous permet de mettre fin à l’égarement de l’âme de notre peuple, et à l’usurpation de notre patrimoine culturel et identitaire en vue de consolider les composantes d’une Algérie digne de son histoire, de ses oulamas et de ses martyres.