Actualité nationale

QUEL REMEDE A L’AGITATION DES PARTISANS DE LA LAICITE ? Par : Nadir ARDJOUNE

Beaucoup d’Algériens, excepté naturellement, les «biberonnés» de la laïcité « oua akhaouatiha » (compris ?) s’interrogent sur les vrais objectifs de cette meute de revanchards tapis dans l’ombre de certains médias nationaux francophones éprouvant maladivement de la haine, fortement allergiques aux valeurs de la civilisation musulmane, chroniquement hostiles aux fondements et Principes islamiques et attirés énigmatiquement par la culture et les traditions occidentales, pareillement au papillon attiré par la lumière.

                             UN PROJET  DE SOCIETE LAIC

                         POUR UN PEUPLE MUSULMAN ???

En effet, la campagne de dénigrement qu’ils mènent contre tous ceux qui ne partagent pas leurs convictions idéologiques aux antipodes de la société algérienne dévoile clairement les vraies intentions du projet auquel ils rêvent utopiquement à imposer au peuple algérien, en vue d’atteindre les objectifs suivants :

  1. Imposer d’abord la laïcité de l’école algérienne, afin d’injecter dans le mental de l’Algérien les germes destructeurs de la culture occidentale hostile et antinomique par essence à la religion musulmane.
  2. Laïciser les Institutions algériennes.
  3. Cibler la laïcisation de la société algérienne elle-même, cette tâche serait ainsi facilitée par la réalisation des objectifs précités.
  4. Marginaliser la langue arabe sous de multiples prétextes et de mensonges, tels que l’arabe ne convient pas à la science, à la Recherche, à la médecine…

LA FARCE DU « BUTIN DE GUERRE »

Pour rappel, de nos jours, la langue française en Algérie constitue une véritable énigme. Elle est utilisée inexplicablement par certains hauts responsables au dépend de langue officielle de leur propre pays. Comment justifier ce comportement inqualifiable ? S’agit-il d’un complexe d’infériorité, des séquelles douloureuses de triste mémoire de l’indigénat, ou s’agit-il de simple pathologie génétique ?

Cependant, cette langue française nichée dans le cerveau de certains Algériens est le fruit de ce que les naïfs, ou les complices, appellent «Butin de guerre», au lieu de venin de guerre, logiquement, le « Butin de guerre » ne doit pas servir les intérêts de l’ennemi de soi. Donc il ne s’agit pas d’un « Butin de guerre » comme beaucoup de gens le « beuglent », mais il s’agit en réalité d’une bombe à retardement, sous forme de venin, qui continue malheureusement ; à intoxiquer un demi-siècle après notre indépendance l’esprit de beaucoup de nos concitoyens, et ce, au grand bénéfice de l’ennemi colonial d’hier.

En un mot, ce pseudo « Butin de guerre » est un venin; conçu certainement par les spécialistes de la DGST, et repris par certains Algériens non vigilants ; pareillement à une fausse monnaie fabriquée par des bandits et qui continue à être dépensée par d’honnêtes gens sans le savoir.

Dans tous les cas de figure, cela nous fait énormément de peine (ainsi qu’à d’autres millions d’Algériens certainement) de voir un responsable qui représente l’autorité de l’Etat Algérien s’exprimer en langue française, au lieu d’utiliser la langue de l’Etat qu’il représente. Par ailleurs, à quelle logique obéirait-elle cette hégémonie de la langue française chez-nous, avec son armada de journaux, de Radio, de Centres culturels et de chaine de télévision ?

Dans la même optique, Les adversaires de l’Identité Algérienne actuelle, pensent à juste titre, que le seul rempart  de taille, qui risque de mettre en charpie leur projet, de laïciser l’Algérie est certainement l’Association des Oulémas musulmans algériens comme elle l’a fait jadis avec les autorités de la France coloniale en Algérie.

Pour rappel, tout a commencé lorsque l’Association des Oulémas avait dénoncé dans un communiqué la suppression de la «Basmala» de certains manuels scolaires.

                UNE ECOLE LAIQUE POUR UN PEUPLE MUSULMAN ????

Certains journalistes adeptes certainement de la laïcité sans avoir le courage de le proclamer publiquement, concentrent depuis quelque temps leur «artillerie» sur l’Association des Oulémas et leurs dirigeants, et n’hésitent pas à user de mensonges et d’insultes, poussant même l’immoralité jusqu’à traiter les Oulémas algériens d’égarés,( journal l’Expression du 13 Septembre 2017).

Ces milieux que le peuple algérien connait parfaitement font semblant hypocritement de défendre la ministre de l’Education nationale et ses « réformes » inappropriées à la réalité identitaire de l’Algérie, sachant qu’elles sont calquées sur les valeurs d’une culture manifestement antinomique aux fondements et références historiques de la Nation Algérienne.

Conscients de leur minorité dans la société algérienne, ils s’agrippent aux basques de certains hauts responsables algériens ; en nourrissant le rêve utopique de pouvoir imposer une école laïque qui soit conformes à leurs propres convictions, et par ricochet, dépouiller les jeunes Algériens de leurs valeurs authentiques civilisationnelles ; dans l’espoir inavoué d’atteler culturellement l’Algérie à la locomotive française.

Ils rêvent de reproduire l’expérience utilisée jadis en Algérie par la France coloniale de l’époque, qui voulait couper par la force des armes le lien ombilical attachant la société algérienne à la Communauté musulmane, mais l’Imam Ben Badis et ses compagnons, armés de leur Foi et de leur Amour pour l’Algérie, ont fait échouer le projet destructeur de la christianisation, telle une boule de neige devant le soleil.

 CHRETIEN LAIC POSSIBLE, MUSULMAN LAIC IMPOSSIBLE

Pour avoir une idée précise sur l’idéologie de ces Algériens curieusement atypiques, prenons connaissance de quelques exemples de leur vision de voir les choses qui mettent en évidence leur ignorance du simple B.A. – B.A. de l’Islam.

Prenons par exemple Le Soir d’Algérie (qui parait bizarrement le matin) du 28 Septembre 2017 :

– « … Nos fêtes familiales étaient mixtes ».

 – « … Il n’y a pas longtemps, nous dansions (lors des fêtes) avec nos cousines et nos voisines ».

« … Les Amazighs ont donné des empereurs à Rome, des pharaons à l’Egypte et un père à l’Eglise chrétienne ».

 – « … Ce sont des organismes publics qui pondent des instructions et des directives interdisant les habits « orthodoxes ».

– « … C’est la police et la gendarmerie qui font la chasse aux couples ».

Nous laissons le soin à nos lecteurs de juger eux-mêmes la recevabilité du comportement de ces Algériens atypiques, qui se considèrent musulmans et en même temps laïcs.

Comme le soulignent les idéologues occidentaux eux-mêmes, la laïcité injecte de fortes doses de culture occidentale et de mœurs chrétiennes à ses adeptes, afin de les métamorphoser en adversaires acharnés contre les Musulmans.

Autrement dit, comme le précisent les initiés de cette doctrine, la laïcité « forge » ses partisans de telle sorte qu’ils se comportent comme les chrétiens, pensent comme l’occidental, sont amoureux des « plaisirs », des griseries et de vulgaires réjouissances qui  agressent la morale et la pudeur, d’où leur hostilité chronique aux valeurs islamiques, qui les empêchent d’accéder à l’abreuvoir et à la mangeoire des scories liberticides

                            L’ISLAM A BALISE LA VIE DU MUSULMAN

A contrario, l’Islam ne considère pas les humains comme étant un troupeau de bétail dans une prairie ; où chaque bête broute à sa guise l’herbe de sa convenance.

En effet, pour les initiés des sciences islamiques, «dans la vie d’ici-bas, l’homme ne doit pas faire ce qu’il veut s’il croit réellement à l’existence de Dieu, sachant que ce dernier a balisé par des Textes coraniques et la Sunna de son Prophète Mohamed (QSSSL) la vie du Musulman, contrairement à la doctrine laïque, qui laisse le choix à l’homme, de naviguer à vue sans boussole , selon ses passions, ses penchants, ses sentiments, son instinct, bref, selon ses fantaisies fantasmagoriques.

Enfin, dans la vie, les Musulmans et les prêcheurs de la laïcité ; sont comme les guêpes et les abeilles, qui de la même fleur, les premières tirent leur… poison, et secondes, tirent aussi leur … miel.

                                                                                                                                    N.L.