Actualité nationale

A PROPOS DE LA SUPPRESSION DE LA «BASMALA»

                           L’ASSOCIATION DES OULEMAS MUSULMANS ALGERIENS

       A PROPOS DE LA SUPPRESSION DE LA «BASMALA»

                         Monsieur le Directeur de la Publication du journal « l’Expression »,

Conformément au Code de l’Information garantissant le droit de réponse, je vous prie de bien vouloir publier (à la même page que l’article diffamatoire) cette mise au point, afin d’éclairer vos lecteurs et l’opinion publique.

Toutefois, nous nous réservons le droit d’utiliser d’autres moyens, pour plaider notre cause contre la diffamation et le dénigrement dont est l’objet notre Association de la part de certains Quotidiens.

Lecteur fidèle, de votre journal, je suis souvent choqué par vos positions hostiles adoptées sans fondement à l’égard de l’Association des Oulémas musulmans algériens et ses dirigeants.

Loin de vous imposer nos convictions ou de contester votre idéologie ou votre droit à la liberté d’expression, nous nous attendions de vous néanmoins à un minimum d’objectivité dans vos jugements à l’égard de ceux qui ne partagent pas votre idéologie.

Malheureusement, il ne se passe pas d’occasion sans la saisir pour dénigrer l’Association des Oulémas et de ses dirigeants anciens et actuels.

Sans polémiquer, je cite comme exemple l’article paru dans votre Quotidien le 17 septembre intitulé : «  Quand les Oulémas, s’égarent ».

Cet article, parait plus insultant à l’égard de son auteur qu’à ceux qu’il a insultés.

Tout cela, parce que les Oulémas ont eu le courage d’exprimer ce que pense la majorité de notre peuple algérien quant à la suppression de la « Basmala » des livres scolaires par la ministre de l’Education nationale.

Le journaliste auteur de l’article a fait preuve de conduite inqualifiable et indigne en donnant libre cours à sa partialité, à sa haine et son manque de respect manifeste envers les symboles, les guides et les éclaireurs de la société que sont les Oulémas. Il pousse l’immoralité et l’indécence en prétendant ces Oulémas d’égarés.

C’est comme la nuit sans étoiles qui reproche au jour d’être sombre.

Au fait, égarés, par rapport à qui et à quoi ?

Notre Mission consiste à secourir les vrais égarés à reprendre le droit chemin, et en tant que tels, celui qui nous insulte ou nous hait ressemble à ce scorpion qui pique celui qui l’aide à sortir du feu.

Les honnêtes gens ; qui savent que l’encre des Savants est aussi précieuse que le sang du martyr ne peuvent pas nous manquer du moindre respect. Quant à nous accuser ou nous insulter, cela relève pour eux de l’impossible, auquel personne n’est tenue.

Nous, nous ne remédions pas au mal (ou insultes) par le mal, nous sommes tenus de répondre par le bien, parce que, c’est notre Dieu qui le recommande :

« Appelles au chemin de ton Seigneur par la sagesse et la meilleure façon. Discute avec les autres en leur faisant la plus belle part. Du reste ton Seigneur Seul à savoir qui de son chemin s’égard, et à savoir qui bien se guide – sourate l’abeille – v 125 ».

Par ailleurs, dans notre vécu, nous avons observé que l’écart de conduite et la méchanceté de certaines gens envers leurs semblables est due le plus souvent à leur ignorance des choses.

LES ACCUSATIONS DE L’ARTICLE PRECITE

« … Ce Mouvement s’est autoproclamé gardien de l’école ».

Pour vous rafraichir la mémoire, nous avons déjà entamé cette œuvre contre la soldatesque de la France coloniale, il est vrai que certainement, vous n’étiez pas encore né.

« … La suppression de la « Basmala » est un acte « criminel » pour ce Mouvement (les Oulémas) ».

Eh, cela n’est en réalité que le vagabondage de votre imagination altérée certainement par les scories liberticides, nous, nous sommes fortement allergiques aux mensonges.

« … Le président de l’Association des Oulémas accuse la ministre de l’Education de vouloir éduquer nos enfants sur la base de constantes laïques non religieuses ».

Nous ne pensons pas que madame la ministre de l’Education songe à engager un… avocat, et encore moins un délateur. Pour nous, le vrai journaliste est celui qui gagne son pain en respectant les opinions des autres même s’il ne les partage pas.

« … Ils font de cette histoire (la « Basmala ») une cause nationale ».

Nos honorables ainés l’ont déjà fait pour l’Identité et la Personnalité Algériennes contre le colonisateur de notre pays, oui, nous sommes fiers d’être fidèles aux Causes et Principes des créateurs de notre Association.

« … Les membres de l’Association des Oulémas, adeptes d’une école rétrograde ».

Camarade, ce langage est celui des idéologues de la « variole », c’est-à-dire, la laïcité, qui laisse des séquelles ineffaçables, pareillement à celles de la variole qui défigure les visages angéliques.

«… Ils s’acharnent contre la ministre de l’Education, cela risque de perturber la scolarité de millions d’enfants algériens ».

« Saha naoumak », réveillez-vous, cher journaliste, le créneau des mouchards n’est plus porteur dans notre pays comme jadis, le vrai journaliste ne peut pas être un mouchard, comme le Savant ne peut pas être vulgaire.

« … Ils laissent tomber leurs masques, ils dévoilent leurs vrais visages : des antirépublicains ».

Les Oulémas ne portent pas de masques, sachant qu’ils ne craignent que Dieu, ce sont les hypocrites et les individus sans Foi et sans loi qui excellent dans ce créneau, et au risque de nous répéter, l’auteur ne fait que «ruminer» une ancienne rengaine forgée dans certaines officines spécialisées.

Pour les larmes de crocodile que vous faites semblant de verser sur le sort des enfants palestiniens, les Musulmans de Birmanie, les Yéménites bombardés, nous disons simplement, si vous etes sincère et honnête, rendez-nous visite pour vous prouver matériellement et irréfutablement, que les accusations que vous portez injustement à l’égard de l’Association des Oulémas ne relèvent que du mensonge.

Pour nous, le journaliste, qu’il soit laïc, communiste ou Musulman pratiquant, ne doit pas servir ses propres convictions en insultant les autres, de jouer le rôle déshonorant de délateur, ou de s’ériger en juge, en accusant tous ceux qui ne partagent pas avec lui ses opinions.

Pour rappel, il y a plus de deux millions de braves Algériens qui ont déjà dénoncé aussi la suppression de la « Basmala » des livres scolaires.

Au fait, tous ces Algériens sont- ils aussi des égarés ?

                                            Nadir LARDJOUNE P/ la Cellule de

                         Communication de l’Association des Oulémas