Non classé

Erreurs et contre vérités de Si Belaid- Par Mohamed El Hadi El Hassani

La chose qui m’intéresse le plus  dans les «commérages   »  de si Belaid est notamment  celle dans laquelle il affirme que  l’imam Muhammad al-Bashir al-Ibrahimi, a considéré «le premier novembre comme une  catastrophe» ,ajoutant  qu’il a quitté le Caire pour le  Pakistan, où il est resté jusqu’à la fin de l’année 1959 et que «tout au long de son séjour au Caire,  » il demeura hostile  à la Révolution  s’interdisant d’écrire le moindre article tout au long de son exil en guise de soutien à la lutte du peuple Algérien .

Ces affirmations indiquent  l’une des trois choses suivantes:

  1. Soit le frère Si Belaid n’a pas lu ce que l’Imam Muhammad al-Bashir al-Brahimi a écrit ni avant, ni pendant, ni après la révolution.
  2. Ou il a un peu ou beaucoup lu, mais il n’a rien compris, et dans ce cas il est excusable parce que le « niveau  » de l’Imam dans sa pensée et  son expression – n’est pas à la portée d’une personne qui    « n’a pas réussi ses études de médecine, en recalant cinq fois sa  première année ».

(Voir Abdelhamid Brahimi: à l’origine de la crise algérienne … p. 137).

Bien que le langage de la médecine soit direct,  n’usant pas de métaphore   et  dépourvu  de messages entre les lignes, et en dehors.

  1. Ou bien, Il a réellement lu ce que l’Imam al-Brahimi a écrit et interprète ses propos d’une manière  insidieuse, dans le but, de le dénigrer et le discréditer  animé en cela par la jalousie.

Une maladie psychique, et ne peut s’en délivrer  que ceux qui  éprouvent la crainte  de leur Seigneur…

En ce qui concerne la contribution de l’Imam Ibrahimi avant, pendant et après la Révolution…les lointains  avant les proches qui ont détourné leurs cœurs de l’envie et de la haine, et ont « retenu »  leur langue des mensonges et de blasphème, connaissent   la réalité  des faits.

Même  nos adversaires Français, de tous bords, de droite, de gauche ou du centre, attestent de la véracité  de nos affirmations…

Et afin d’épargner  à Monsieur Belaid les  innombrables témoignages qui annihileront  à jamais ses allégations, je me contenterai d’une seule citation d’El Ibrahimi, sachant pertinemment  qu’une seule phrase de lui vaut son pesant d’or.

Quand l’Imam Ibrahimi dit à la fin de l’année 1951, à Paris, devant les délégations arabes et islamiques «il est impensable de pardonner Paris ou de se réconcilier avec elle  … » parce qu’elle est « la source de notre malheur » et qu’en Algérie «les jeunes s’exprimeront  et diront des propos  qui feront  taire et exaspérer  le  colonialisme. Et après les mots viendront  les actes : nous sommes « des hommes », nous sommes les enfants  « des hommes » et  nous sommes les  petits-enfants  « des hommes » … et nous avons en nous le  sang de nos  ancêtres et il reste en nous des traits  qui se révéleront le moment voulu   … « (les œuvres d’el iBrahimi tome 2-P.466).

Celui qui a  dit cela à Paris – en étant à la merci de l’ennemi français – il ne lui est nullement difficile de déclarer ce qui est plus hostile à la colonisation ,loin de Paris ,au  Caire, à Bagdad, à Damas, à Riyad, au Koweït ou à Islamabad … loin de la mainmise  de la France.

Ceux qui veulent  en savoir plus  n’ont qu’à consulter  les œuvres de  l’Imam  el Ibrahimi et  les témoignages des « hommes » le concernant…

Répétons encore, que Cheikh El Ibrahimi a salué les premiers coups de feu  de la révolution  dès le 3 novembre 1954  à la radio du Caire.

Le   frère Si Belaid , prétend  que certains Numéros  des Revues el Chihab et el Bassair ont été détruits, ce qui constitue un mensonge manifeste.

L’ensemble des numéros,   du premier au dernier numéro ont été rassemblés et publiés.

Les spécialistes  de l’histoire de la presse algérienne n’ont jamais prétendu  de telles contre vérités  … que le  frère Belaid sache , parce qu’ il existe  des Musulmans   pour qui la Foi n’a pas encore pénétré leur cœur  , mentent lorsqu’ils parlent , trahissent  lorsqu’on leur  confie un dépôt « Amana »  et  ne respectent  pas  les pactes conclus  ,il a été institué en terre d’Islam une science qui n’existe dans aucune autre nation,  celle de « Analyse des transmetteurs :invalidation et validation » , et par le biais  de laquelle  sont pesées les personnes ,et ne sont déclarées recevables que les paroles de ceux qui  se sont avérées irréprochables …

Je crains que le frère Si-Belaid soit de ceux  à qui  s’applique  le verset suivant : «Envient-ils chez les  gens ce qu’Allah leur a donné de par Sa grâce? »

Mohamed El Hadi El Hassani

Traduction : Sifaoui Abdelatif