Echo

« Jamaa ô Kerri  » -Par Mohamed Arezki Ferrad

Sidi Mohand Oukari, est proéminent dans le domaine de la diffusion de la Science dans la région Ath Yala.
Il fonda la Zaouïa dédiée à la connaissance, l’adoration et à la réconciliation, connue sous le nom de « Jamaa ô Kerri « , qui fut et le reste, une lumière rayonnante et un guide vers le droit chemin. Quand la Révolution fut déclenchée, elle se transforma en un bastion pour les Moudjahidines.
Dirigée par Abdelwahab Hamouda (Allah Yerrahmou), elle continue sa mission scientifique et sociale, et mérite que nous rappelions sa glorieuse histoire.
Qui est Sidi Mohand ô Kerri?
Il est largement admis parmi ses petits-enfants que Cheikh Sidi Mohand ô Kerri, appartient aux nobles de Sakiet EL Hamra, et il a probablement étudié à Fès, puis il s’est dirigé vers le pays de Zouaoua, et s’installe à Ath Yala en compagnie de ses frères, Bouabdellah, Abdul Rahman, Touati, Hussein et certains de ses compagnons de la famille iktaf, Aktouf actuellement.
le Professeur M. Abdul Hamid Zahir, l’un de ses petits-enfants, considère que le plus vraisemblable , Sidi Mohand ô Kerri a vécu entre le XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe siècle (1635 1720).
Cheikh Sidi Mohand ô Kerri s’est installé dans un endroit bas appelé « LEKHNAK », un emplacement stratégique dans cette région.
Mais il ne tarda pas à quitter cette région fertile, pour passer au sommet d’une montagne appelée « Tizi Ntasest », ayant l’avantage d’être plus protégé et plus proche des principaux villages avoisinants.
Il fut très bien accueilli par les quelques familles installées dans cette région et Il est présumable, qu’il a choisi cet endroit isolé, pour mieux se consacrer à l’adoration et au mysticisme.
en considération a son statut particulier au sein de la population, Cheikh Sidi Mohand fut aidé conséquemment dans la construction de son établissement scientifique : une belle construction bâtie suivant les spécifications de construction de son temps, et dans un bel art, où les constructeurs ont excellé dans leur savoir-faire .
De nombreux savants, sont sortis de cette école, la plupart d’entre eux sont ses petits-enfants, dont notamment Sidi Abderrahmane ben Barakat, qui a accompagné Hussein El Ouartilani aux Lieux Saints.
La Zaouïa a été terriblement endommagée par la Catastrophe naturelle qui a frappé l’Algérie en 1865 – 1866 – 1867, lorsque la sécheresse a fortement touché l’ensemble du pays , provoquant famine et épidémies, et forçant les habitants à abandonner leur village .
Relation de la Zaouïa avec la Révolution
Il est naturel que la Zaouia se rallie à la Révolution, et devient un lieu privilégié pour les rencontres des maquisards.
Le 8 Décembre 1955, une violente bataille a eu lieu tout prêt de la Zaouia, et en représailles l’armée française s’acharna à sa destruction, et procéda au déplacement des habitants des villages voisins, décrétant la région Zone interdite.
Parmi Les batailles historiques qu’a connues cette région, citons la bataille du 8 Mars 1960, entre l’armée française, appuyée d’une armada des forces terrestres et aériennes, et 10 moudjahidines sous la direction du Martyr Tayeb Abdelhamid (appelé Tayeb Obagi), qui sont tous morts en Martyr, sauf ce dernier.
La France dans cette bataille a subi de lourdes pertes en vies humaines et en équipements, deux avions ont été abattus, sachant que la bataille a duré une journée complète.
La Zaouïa après l’indépendance
Mohand Akli ô Kerri Hamouda (1903 – 1975) s’est occupé activement dans la restauration de la Zaouia depuis 1965, avec l’aide du Ministère des Affaires religieuses, et les Services de la Wilaya et de la commune avec l’assistance de citoyens.
Une route a été prévue pour mettre fin à l’isolement qui caractérisa cette Zaouia, elle fut achevée en 1984.
L’établissement comprend actuellement les installations suivantes :
– La Mosquée où les prières sont tenues et des cours sont dispensés.
-Le dortoir se composant de quatre grandes pièces.
-Une Cuisine et un réfectoire.
– Pièce spéciale pour l’administrateur de la Zaouia.
– Un terrain non exploité.
La Zaouia a été inaugurée le 3 Mars 1987, avec la nomination d’enseignants par le ministère des Affaires religieuses, et était administrée par M. Abdelwahab Hamouda (Rahimahou Allah).
En outre, la Zaouia est devenue un Monument historique qui attire constamment des visiteurs, venant des différentes régions du pays.
Enfin, il faut noter les louables efforts des petits-enfants de Sidi Mohand ô Kerri qui ont réussi à redonner vie à cette Institution scientifique après l’indépendance, grâce notamment à l’initiative de M. Mohand Akli Hamouda (1903 – 1975), et à son fils, M. Abdelwahab Hamouda. Il convient également de noter aussi, les efforts de M. Abdelhamid Zahir, qui par sa recherche historique, exploitant la mémoire des habitants de la région et scrutant les documents et manuscrits, a pu sauver un riche Patrimoine qui constitue la fierté de toute une région.
Traduction : S.A