Actualité International

Palestine Le Centenaire de la honte et de la provocation- Par Samir El-toudji

« Le gouvernement de sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif ». Ainsi s’adressa le britannique Balfour au sioniste Rothschild, le 02 novembre 1917. Le foyer devenu État en 1948, l’État ne cesse de s’étendre.
Si chaque année, nous évoquons cette sinistre date départ, il serait inexact de faire dans la commémoration, un évènement passé et fini. Un siècle durant, les faits attestent que la déclaration Balfour constitue le référent de base au sionisme, et que sa traduction sur le terrain par les successeurs de Theodore Herzl et de Ben Gourion fut la conversion de la Palestine en Israel et d’El-qods en Yerushaláyim, Ûrshalîm.
En parfait parrain, le président américain Trump fête ce centenaire de manière bien sentencieuse en déclamant, en ce 06 décembre 2017, Jérusalem capitale de l’état sioniste par le transfert de son ambassade de Tel-Aviv à El-Qods.
Rappelons toutefois que le Congrès américain avait voté cette décision, en 1995, pendant le mandat de Bill Clinton, mais qu’aucun des présidents élus n’avait signé sa mise en œuvre.
Netanyahu, dans un discours de remerciements au président Trump, déclare: « Il y a de grands moments dans l’histoire du sionisme, la déclaration de Balfour, l’établissement de l’État (Israël), la libération de Yerushaláyim et la déclaration de Trump hier ».
Quoi de plus tangible que les sionistes n’ont jamais cru à la solution de deux États et que leurs bals de pourparlers avec les Palestiniens ne sont que tromperies et ruses.
L’opinion internationale s’insurge, condamne unanimement la décision unilatérale de l’administration américaine et l’isole.
Macron, en visite officielle à Alger, la juge regrettable et rappelle l’attachement de la France et de l’Europe à la solution de deux Etats, Israël et la Palestine.
De son côté la Chancelière Allemande, Merkel la rejette.
Le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres affirme que le statut à Jérusalem ne pourrait être résolu que par une « négociation directe » entre Israéliens et Palestiniens. Huit des quinze pays membres du Conseil de Sécurité convoquent une réunion d’urgence du Conseil.
Dans les pays arabes et musulmans l’évènement résonne en déclaration de guerre. C’est la fureur populaire exprimée par des marches suivies après la prière du vendredi. Les officiels, dans des tons variant, du diplomatique à inflexion ferme et grave, livrent communiqués et déclarations ; tous désapprouvent le pas franchi par les USA. La réponse du Président turc ARDOGAN, sous-titrée dans plusieurs langues est massivement partagée sur les réseaux sociaux, interpelle TRUMP lui signifiant que Al-qods constitue une ligne rouge pour les Musulmans et assure d’importantes ripostes dans le cadre de l’Organisation de Coopération Islamique qu’il préside.
Trump concrétise une de ses promesses de sa campagne électorale, il ne surprend pas. Mais peut-on croire naïvement à un abandon de sa position devant la désapprobation internationale ?
Pourquoi avons-nous considéré d’heureux aboutissement concernant les dossiers importants et épineux, celui de la Palestine en particulier, les quelques pas de danse aux sabres en compagnie du roi Salman lors de la visite de Trump en Arabie Saoudite?
Simple protocole d’hospitalité ou libellé Hallal «d’arroser» les juteux contrats signés ?!!!
Par quelle lecture salafiste l’éminent cheikh ESSOUDAISSI a-t-il pu témoigner de son approbation et son cautionnement, à l’égard du président américain, le gratifiant « d’un certificat d’homme-pôle de paix, de stabilité et de prospérité pour l’humanité » ?
La réaction du roi Salman, qualifiant le geste de Trump de provocation, suggère-t-elle la découverte après coup d’un machiavélisme insoupçonnable made in USA?
Quelle immaturité politique et naïveté économique que d’avoir pensé que l’ouverture généreuse du marché arabe aux investisseurs et producteurs américains, , et les trillions de dollars arabes injectés dans des banques américaine intercèderaient en faveur de l’abandon de la promesse électorale!
Une fois la gronde passée, les pays arabes et musulmans iront-ils jusqu’au bout de leur déterminant refus affiché à la décision américaine, – que nous n’osons concevoir destiné à la seule consommation de leurs peuples – ou seront-ils acculés par leurs problèmes internes et leurs intérêts imminents, voire secondaires, à sacrifier El-qods et son Aqsa sur l’autel du chacun pour soi et du pragmatisme ( trahison) ? Comme de coutume allais-je dire !!!
Que peut la Palestine devant ce défi sans l’appui concret et fort de toute la Communauté internationale?
Quelle crédulité à penser que La puissance d’un pays se mesure à la hauteur de ses buildings et gratte-ciel « clés en mains » ! Les pays arabes doivent repenser (ou penser) leurs avenirs et devenirs, œuvrer à une indépendance technologique, économique à même d’assurer la souveraineté politique. Investir dans l’intarissable ressource, l’humain, en l’étanchant par les valeurs de l’Islam.
Nous ne plaçons pas en donneur de leçons à nos frères Palestiniens, bien au contraire nous mesurons leurs préoccupations, leurs priorités et leurs contraintes ; nous comprenons leurs craintes et incertitudes ; nous ressentons leur douleur. Mais qu’ils nous permettent, de leur apporter un regard autre, celui des héritiers de l’Emir Abdelkader et de Fatma N’soumer, de Messali et Benbadis, de Benkhedda et Ben Mhidi, de Abane, les Djamila d’El-djazair, de tous nos autres valeureux Moudjahidine et Martyrs. Nous campons sur notre refus de la solution de deux Etats car l’invalide ne devient pas valide et l’indu ne se mu pas en légitime par prescription. Qu’ils soient rassurés de notre réalisme et de notre objectivité.
Dieu, faite que ce centenaire de la honte soit le déclic, comme ce fut le cas en Algérie en le centenaire de l’occupation française en 1930, et que sur les pas de Novembre Al-Aqsa se libera, n’en déplaise à ceux qui n’excellent que dans traitrise.
S.E.T.