Non classé

«NOTRE AMI ET COLLABORATEUR» LE DOCTEUR OSCAR PFAUS

mon amiC’est par une lettre, du  Dr. Oscar Pfaus, publiée dans le numéro 8 du « Jeune Musulman » du 31 octobre 1952, que commence une longue et  étroite collaboration entre le Journal (en langue française) de l’Association des Oulémas musulmans algériens  avec cette personnalité musulmane exceptionnelle. En effet, dans sa rubrique « Les Musulmans dans le Monde » et sous le titre : « Un musulman d’Allemagne nous écrit », le « J.M » présenta pour la première fois à ses lecteurs, celui qui sera un peu plus tard qualifié de « l’ami et le collaborateur ». Il s’agit du Docteur  Pfaus, ce « coreligionnaire d’Allemagne, Docteur  en ès-lettres, en philosophie, en psychologie et Directeur des Service de Presse et  de la « propagande » de la Communauté islamique de Hambourg », (Allemagne). Dans une lettre, datée du 6 octobre 1952 adressée à Mr. Soufari, Directeur alors du « Jeune Musulman », le Dr. PFAUS  se présente comme  « écrivain de profession », dont les articles sur l’Islam étaient  publiés un
peu partout dans le monde, et propose la publication de son article : « Le génie musulman » dans le « J.M », ce dernier qu’il qualifiera « d’excellent journal » et de « grande publication dans le Monde musulman ». Cet article, sera effectivement publié, comme promis, dans le numéro 10 du 28 novembre 1952, correspondant à l’édition spéciale consacrée au Mawlid Ennabaoui  Charif. C’est à  partir de ce numéro (10) que le nom du Dr. Pfaus  reparaitra régulièrement sur les colonnes du « J.M », jusqu’ à  son avant- dernier numéro, à savoir, le numé- ro 35, daté du 2 juillet 1954. L’analyse des différentes oc- casions dans lesquelles le Dr.  Pfaus  est cité, montre bien qu’une véritable    relation de confiance et d’amitié s’était nouée entre les deux parties, à tel point qu’à l’occasion du premier Anniversaire de la parution du « J.M », Mr Soufari (Directeur du J.M.) tiendra à lui rendre hommage, en écrivant un article intitulé : « Notre premier Anniversaire » pour souligner ce qui suit : «Je dois rendre hommage aux  Anciens comme s’en qualifie l’un deux qui m’ont prodigué leurs conseils, et qui par leurs écrits, ont embelli notre Journal. Ce sont les  Malek Bennabi,  Amar Ouzegane, Mohammed- Cherif Sahli, Mostafa Lacheraf, le Dr.Khaldi, Mahdad
Belhaffaf et Tawfiq  Madani, sans oublier le Dr.O.C.Pfaus ». De l’ensemble de ses écrits (Dr. Pfaus ), quelques observations importantes  doivent être relevées. 1.Le Dr Pfaus, avait aussi manifesté beaucoup d’intérêt à l’égard de l’Algérie sur le plan international, en œuvrant notamment, à honorer ses hommes de lettres et ses intellectuels. 2.Il se révèlera très actif dans sa collaboration avec le «  J.M. ». en mettant  à profit ses relations personnelles qu’il avait tissées à cette époque- là  dans le continent africain pour faire connaitre « Le Jeune Musulman »,  comme le dé- montre assez bien  cette lettre d’un Musulman mauricien. Effectivement, un jour, un jour, un Mauricien lui confia une lettre qui fut  publiée juste quelque temps après dans le « Jeune Musulman » N.13 de l’année 1952. Voici ce que ce Mauricien, nommé A. Baki Ahmadi, avait précisé dans la lettre qu’il avait remise au Docteur PFAUS : « Je suis redevable à notre ami commun, le Dr. Oscar Pfaus  d’Allemagne,  qui m’a recommandé de vous écrire », et d’ajouter un peu plus loin  dans sa lettre : « que  Le Dr. PFAUS  avait exprimé aussi le souhait  pour que je rédige un article sur les Musulmans de l’Ile Maurice pour être publiée dans les prochaines
éditions du « Jeune Musulman », incha’Allah.  

 Et c’est justement, en signe de reconnaissance que la Communauté islamique de Hambourg (Allemagne) avait  publié un communiqué le 29 mars de l’année 1954 dans le numéro 29 du «J.M.», et  dans lequel  on avait annoncé  l’attribution du Prix à primer  de «l’Association  des Journaliste indiens  pour l’année 1954 au profit du Docteur PFAUS, pour son article « L’histoire du peuple abusé ». Mais guidé par son altruisme et sa débordante générosité, le Dr. Pfaus a surpris tout le monde en proposant aux organisateurs  de décerner ce Prix à Malek Bennabi – l’auteur du livre « Phénomène cora- nique », au titre de l’Algérie. Malek Bennabi, une fois mis au parfum de cette « histoire »,  avait réagi dans une mise au point parue dans le numéro 30 du « J.M. », en reprenant les termes du communiqué, et  tout en ayant des propos très aimables à l’égard du Dr. Pfaus, il tiendra à préciser qu’il  aurait voulu être au préalable informé de: « son intention avant qu’elles soit publique, afin de le dissuader de la démarche qu’il a faite », et qu’il ne saurait accepter le Prix, ni pour le  «  Phénomène coranique » , ni  pour les « Conditions de Renaissance », estimant, qu’ils n’ont pas été « originellement conçus, ni sur le plan des lettres , ni celui du journalisme, mais comme de simples devoirs ».

Dans un  souci de rendre hommage à cette personnalité musulmane  remarquable, et afin de permettre aux lecteurs de l’apprécier à sa juste valeur, la Rédaction du «Jeune Musulman » a jugé utile, de reprendre son article « Génie islamique » dans ce numéro.
Abdelatif Sifaoui.