Études et analyses

Notre nouveau combat contre le sionisme/Abdelaziz Kahil

KAHILJe dois préciser d’emblée que nous musulmans n’avons aucune animosité vis-à-vis du judaïsme en tant que religion aussi monothéiste que la notre, ni vis-à-vis des juifs en tant qu’hommes et en tant que peuple. Notre problème est avec le sionisme qui occupe la Palestine et multiplie les agressions de toutes sortes à notre encontre.
L´Holocauste est l´une des principales portes d´entrée des sionistes dans le monde occidental. En l’exploitant à l’extrême, ils ont bénéficié de soutiens énormes, suscité de l´émotion, formé des idées, empêché les gens de raisonner rationnellement et accumulé une immense fortune. En son nom, ils ont commis et continuent de commettre des actes de terreur mentale et idéologique – en plus des crimes de sang – et ont pris le contrôle total ou partiel de médias lourds dans plus d’un état en Occident notamment. Ils ont fait de la supposée persécution des Juifs par les nazis un péché que le monde entier porte sur les épaules, en présentant l´Holocauste non comme un événement historique qui n’a pas encore livré tous ses secrets, mais comme une vérité scientifique avérée qui ne saurait jamais être réévaluée et encore moins remise en cause. Cette supposée vérité scientifique ne peut – du point de vue sioniste – qu’être uniquement confirmée ou exacerbée, à tel point qu´en Europe de l´Ouest, la soumettre à la critique et en débattre est devenu un crime abject qui envoie les savant ,les journalistes et les chercheurs devant les tribunaux pour négationnisme ou tout le moins pour révisionnisme , même s´ils se basent dans leur travail de recherche académique sur des documents officiels, des témoignages de rescapés, des investigations journalistiques et des articles universitaires.
Ce faisant, les sionistes ont créé et forgé une accusation gravissime et infâme : l’antisémitisme, cette notion vague dont ils se servent pour salir quiconque ose critiquer l´entité sioniste ou toute autre organisation juive pour quelque raison que ce soit, sans s´intéresser au fait que les critiques aient raison ou tort, que leurs conclusions soient ou non fondées, qu’ils soient de bonne ou mauvaise foi. Critiquer Israël ou quelque sioniste que ce soit est en soi un crime passible de poursuites judiciaires en plus de la vindicte dans laquelle excellent certains médias lourds dans ce qu’on appelle le monde libre.
Ainsi, les sionistes ont réussi à mettre en place un dangereux mécanisme par lequel les bourreaux endossent le rôle de la victime et s´autorisent tous les crimes, parce que la presse acquise à leur cause ne montre jamais le visage des « méprisables bourreaux »- c’est-à-dire les palestiniens, les arabes, les musulmans – mais plutôt celui de la perpétuelle victime innocente – l’Etat hébreu – chaque jour agressée, qui passe son temps à se défendre, se montrant même tolérante et pleine de retenue envers ces barbares des temps modernes qui menacent la planète entière de leur extrémisme et de leur haine destructrice. On ne dit rien, évidemment, sur l’occupation sioniste de la Palestine ni ses crimes contre les civils et les guerres déclenchées plus d’une fois contre des états souverains comme l’Egypte, la Jordanie, la Syrie ,le Liban , la Tunisie.
Recourant à une guerre médiatique soutenue depuis la création de l´entité sioniste en Palestine, et notamment depuis juin 1967, les sionistes ont réussi à imposer à l´opinion occidentale leur conception de l´Holocauste´ et du conflit du Moyen-Orient, comme étant une version indéniable. Ce battage médiatique intense a fini par affecter même l´espace politique et culturel arabe ou  il a trouvé quelques oreilles attentives et même bienveillantes auprès de politiciens parachutés et d’intellectuels sans grande audience qui ne se sont pas contentés de se laisser convaincre par la propagande sioniste, mais en ont adopté les points de vue et entrepris de les défendre en les présentant – eux aussi – comme justifiés et irréfutables.
Ce tournant a représenté une première ouverture vers une normalisation clandestine évidente des relations avec l´ennemi sioniste, fissurant le tissu arabe, autrefois unifié dans sa perception des sionistes comme étant des agresseurs ayant usurpé la terre, commis des massacres, et ne méritant aucune sympathie, jusqu’a la réhabilitation de nos droits.
« L´Occident est en train de perdre son complexe de culpabilité vis-à-vis de l´Holocauste »
L´un des paradoxes caractéristiques de la période de normalisation – ou plutôt de soumission arabe officielle – est que l´opinion publique occidentale, aussi bien officielle que populaire, sort peu à peu des excès de son soutien absolu à l´Etat hébreu et de sa capitulation face aux marchandages sionistes . Ce phénomène est de plus en plus visible, même aux Etats-Unis, farouche protecteur de l´entité sioniste –ou son vassal ? – ainsi qu´en Europe de l´Ouest.
Un exemple illustre cette évolution positive: il s’agit du livre
« Industrie de l´Holocauste : réflexions sur l´exploitation de la souffrance juive » de l´historien américain et expert en sciences politiques Norman Finkelstein. Cet ouvrage a été publié il y a dix ans, mais n´a pas eu un large écho auprès du public arabe ni de son intelligentsia en dépit de son importance capitale, acquise grâce à un minutieux travail de recherche basé sur des études poussées.
Le livre précise que les Juifs exploitent la question de l´Holocauste dans le but de rassembler une immense fortune à des fins privées et sectorielles, et d´exercer un contrôle tyrannique et agressif sur la scène mondiale, soulignant que l´Holocauste – dont la réalité et les dimensions méritent plus d’études et d’éclairage – n´est rien qu´une campagne de relations publiques auprès des opinions d’Occident de manière générale, et des Etats-Unis en particulier. Cette démarche vise à accorder aux Juifs – en tant qu´individus, en tant qu´entité, et en tant que concept – une solide infrastructure financière et politique qui leur octroie la puissance et l´immunité et leur donne accès à tous les domaines en tous lieux, tout en les préservant des critiques et des poursuites judiciaires…
Il n´a échappé à personne que les sionistes ont réussi à obtenir le contrôle – ou à tout le moins un puissant lobby – au sein des gouvernements et des organisations en Occident. C´est un fait que personne ne nie… Ils ont atteint cet objectif en cultivant un sentiment victimaire, allié à un sentiment de culpabilité implanté dans l´esprit du peuple allemand et d´autres peuples occidentaux, devenu complexe de culpabilité en raison des nombreux crimes commis contre les Juifs par les nazis dans plusieurs pays européens au cours de la première moitié du 20ème siècle.
Il convient de mentionner que certains chercheurs estiment que les Européens ne souffrent pas d´un tel complexe, et que leur soutien à l´Etat sioniste et aux Juifs en général est tout simplement un moyen de garder ce peuple loin d´eux , instruits qu’ils sont d’une expérience peu probante de proximité pendant des centaines d´années en Europe.
Les Juifs ont cyniquement exploité leur religion.
« Finkelstein apporte des détails sur les différentes méthodes employées par des Juifs en vue d´accumuler une fortune illégale tout en diffusant de fausses allégations au sujet de leurs souffrances. Il met l´accent sur trois aspects importants qui sont :
– Le nombre de survivants de l´Holocauste en 1998 était plus important qu´en 1945.
– Dans leur propagande basée sur l´Holocauste et contre le nazisme, les Juifs ont ignoré les groupes non juifs qui ont souffert du régime d´Hitler, comme les Tsiganes et les Slaves, de telle façon que ne reste en mémoire que l’image du juif persécuté .
– De nombreux Juifs américains n´ont aucun lien avec la religion hébraïque, ils l´utilisent uniquement pour réaliser leurs objectifs politiques et matériels. Cela est également valable pour leurs frères laïques et athées en Palestine occupée.Bien que certains grands savants américains, et principalement Noam Chomsky, aient salué avec respect le livre de Finkelstein, d´autres l´ont condamné et ont lancé contre lui une dure campagne médiatique, l´accusant d´antisémitisme, bien qu´il soit lui-même juif.

Parce que le livre les a acculés, ils l´ont renommé sur un ton moqueur ´Le Protocole des Sages de Sion du XXIe siècle´, et ont poursuivi l´auteur et l´éditeur en justice en France pour ‘propagation de la haine raciale’.
Comme noté plus haut, les milieux officiels et populaires en Occident se libèrent peu à peu de la mainmise des sionistes et commencent à oser les critiquer en général, et l´entité sioniste en particulier, pour leurs complots, leurs crimes impunis et leur arrogance. Les récents sondages d´opinion ont montré que plus de la moitié des Européens pensent que les Juifs sont une menace pour la paix dans le monde.
L´un des plus grands hommes d´affaires américains, Mel Rockefeller, a déclaré à un journal arabe au début du mois de décembre 2010 que l´entité appelée Etat d´Israël est la source du terrorisme dans le monde et a terni l’image des Etats-Unis dans le monde arabo-musulman en particulier, en raison du pacte conclu entre ces deux pays. Il y a quelques années, nous n´aurions pu imaginer que soit exprimée une telle opinion.
C´est une occasion en or pour les médias arabes libres d’entamer une campagne visant à monter le vrai visage de l´ennemi sioniste, basée sur des chiffres et des images afin de justifier notre combat contre l’occupant de nos terres, en soulevant de manière consistante la question des torts que l´Occident a causés à la Palestine , aux Arabes et aux musulmans en prenant fait et cause pour les sionistes.
Une autre mission complémentaire nous attend : soutenir les médias occidentaux et les milieux culturels et politiques qui se sont libérés du terrorisme idéologique des sionistes, qui soutiennent notre cause et osent affronter les lobbies juifs. Telle est notre nouvelle campagne contre les sionistes. Nous devons lui consacrer l´effort nécessaire .
Abdelaziz Kahil