Actualité International

Les musulmans empêcheront-ils Obama de profaner la mosquée d’al-Aqsa ?/R.Ousseiran

QODSLa prochaine visite du Président américain en Palestine occupée n’augure rien de bon. Au contraire, puisque le Président Obama aurait accepté d’entrer dans la mosquée al-Aqsa, sous escorte sioniste. Ce geste à lui seul est une grave provocation contre tous les musulmans, car il signifie que les Etats-Unis reconnaîtraient officiellement la domination sioniste sur la mosquée al-Aqsa, qui fait partie de la doctrine musulmane.

Les responsables politiques et religieux palestiniens mettent en garde contre cette nouvelle escalade coloniale. Il y a quelques semaines, le Mouvement islamique dans les territoires occupés en 1948, présidé par sheikh Raed Salah, avait organisé une manifestation devant le consulat américain, pour dissuader le Président Obama d’entrer dans la mosquée par la porte al-Maghariba. En effet, c’est par cette porte, dont se sont emparés les sionistes, que les colons, soldats et officiels de l’institution « israélienne » entrent dans la mosquée et la profanent. Si Obama désire « visiter » la mosquée, c’est sous l’égide des autorités musulmanes qu’il devra le faire.

Si le Président américain accepte d’entrer dans la mosquée al-Aqsa par la porte al-Maghariba et sous escorte des autorités sionistes, cela signifie également que les Etats-Unis approuvent le plan de « partage » de la mosquée ; plan inauguré il y a quelques années. Déjà, la mosquée Ibrahimie dans la ville d’al-Khalil a été partagée suite au massacre perpétré en son sein, le 25 février 1994, par Baruch Goldstein. Aujourd’hui, c’est la mosquée al-Aqsa qui est menacée par ce « partage ».

Les autorités sionistes ont attendu, depuis leur occupation d’al-Qods en 1967, le moment propice pour réaliser leur vœu ; celui de s’emparer de la mosquée al-Aqsa, de judaïser la ville sainte et d’en faire une capitale pour les juifs du monde. Ce n’est que très récemment qu’ils ont osé franchir le pas, en pressentant le manque d’intérêt des Arabes et des musulmans pour la terre de Palestine, notamment pour ses lieux saints.

Les ultra-orthodoxes juifs qui refusaient jusque là d’entrer dans la mosquée al-Aqsa ont trouvé des chefs religieux belliqueux qui les entraînent à profaner la mosquée et à y célébrer des rites cultuels. Les officiels et les membres des forces sécuritaires de l’Etat sioniste ne craignent plus de provoquer les fidèles palestiniens, demeurés les seuls défenseurs de la mosquée.

Non loin de la mosquée, le cimetière de Ma’manullah, cimetière historique qui renferme les dépouilles de personnalités musulmanes, vit à présent ses derniers jours. L’occupant a décidé, il y a plusieurs années, de transformer une partie du cimetière en « musée de la tolérance » ! Les tombes ont été éventrées et les corps exhumés. Les appels répétés par les dirigeants musulmans en Palestine n’ont été suivi d’aucune mesure : aucune plainte du monde musulman n’a été déposée auprès des organismes internationaux, encourageant ainsi les sionistes à poursuivre la profanation de ce cimetière historique. Aujourd’hui, les plans ont été élargis : une partie du cimetière sera consacrée à un « aire de jeux pour enfants » et une autre pour un parking.

Il y a quelques jours, les soldats de l’occupation pénètrent dans la mosquée, expulsent un groupe de musulmanes qui assistaient à des cours organisés par les autorités musulmanes et piétinent avec rage le Saint Coran. Jusqu’à ce jour, les musulmanes sont interdites d’y suivre ces cours. Le silence assourdissant de la communauté musulmane dans le monde, qui a suivi cette agression, est perçu par les sionistes comme un encouragement à poursuivre leurs méfaits, à continuer la falsification de l’histoire de la région et le nettoyage ethnico-religieux, déjà entamé dans la ville sainte.

Raghida Ousseiran