Études et analyses

L’HISTOIRE DU MAGHREB ISLAMIQUE/Abdelaziz KAHIL

KAHILNous entendons par Maghreb l’espace géographique qui comprend essentiellement la Tunisie, l’Algérie et le Maroc,  appelé actuellement  «Maghreb Arabe». Nous voulons juste donner un aperçu  sur les étapes politiques les plus importantes depuis  l’avènement  islamique dans cette région.

La présence islamique au Maghreb (que d’aucuns appellent  conquête et assimilent injustement à une forme de colonialisme) a commencé avec l’arrivée des premières  armées musulmanes pendant le Califat de Omar ibn Al-Khattab (qu’Allah soit satisfait de lui) après avoir stabilisé l’Egypte. Elle ne devait s’affermir qu’à l’époque de Abd Al-Malik Ibn Marwan. L’islamisation de la région reste associée au nom de ‘Uqba ibn Nafi’ (qu’Allah soit satisfait de lui) qui était le Chef de la première campagne. Il mena une seconde campagne fructueuse à l’époque du Calife  Yazid ibn Mu `awiya et fonda la ville de Kairouan qui sera la première Capitale de la région. Ses troupes atteindront les côtes de l’Océan Atlantique à l’Ouest pour faire connaitre le message de l’Islam et libérer les populations des résidus de l’occupation byzantine. Il mourra pendant cette expédition et  sa tombe se trouve encore à Sidi- Oqba, à l’Est de l’Algérie et fait toujours l’objet d’une grande considération parmi les habitants quelle que soit leur origine ethnique.

Entre ces deux campagnes, il y eut  d’autres tentatives depuis le Califat d’Othman ibn Affan `(qu’Allah soit satisfait de lui),menées  par  Abd-Allah ibn Abu Sarh, Al Muhajir ibn Dinar et Zuhayr Ibn Qays Al Balawy. C’est Hassan ibn Nouamène qui  pacifia la région  et la débarrassa de l’occupation byzantine ; dans peu de temps les populations embrassèrent l’Islam et adoptèrent la langue arabe sans aucune contrainte.

Dès la période abbasside, plusieurs régimes politiques se sont succédé au  Maghreb, la plupart sur l’un des trois pays les plus en vue  qui le composaient   :Ifriqiyyah (l’actuelle Tunisie), le Maghreb central (Algérie)  et le Maghreb El Aqsa (Maroc).

      LES REGIMES INFLUENTS APRES L’ERE ISLAMIQUE

1. Les Rostomides : Mis en place par les Ibadites qui faisaient  alors partie des Kharijites, eux-mêmes une secte qui ne se reconnaissait ni en Ali ibn Abi Talib ni en Mu `awiya ibn Abu Sufyan, du temps du conflit qui les opposa durant le premier siècle, ce régime naquit, mais sans grande importance, à  Kairouan dans les premiers siècles qui ont suivi la conquête. Après sa chute, quelques-uns de ses Chefs s’enfuirent à Tiaret (actuellement à l’Ouest de l’Algérie) où Abd Ar-Rahmân ibn Rostom fonda le Royaume rostomide qui durera  de 160 à 296 de l’Hégire.

 2. Les Idrissides : Créé au Maghreb Al-Aqsa et, il était selon certains historiens d’obédience chiite à son origine. Etat de grande valeur, il fonda la ville de Fès ainsi que la Mosquée d’Al-Karaouyine qui deviendra la première Université dans le Monde musulman. La Mosquée a été construite par Fatima Al Firhriyya, la fille aînée de Idris, et de son propre argent. Les Fatimides mirent fin à ce royaume qui s’est étendu de 172 à 309 hégirien.

3. Les Aghlabides : Royaume établi en Tunisie en 184 H, il a proclamé son indépendance du Califat abbasside. Il a été caractérisé  par la diffusion de la culture arabe à une grande échelle, mais certains de ses dirigeants ont fait preuve d’une extrême cruauté dans leur politique et notamment contre leurs opposants. Sa chute est due  également aux Fatimides en 296 H.

4. Les  Fatimides : Cette secte chiite qui a également  régné en Egypte a fondé cet Etat  grâce à un énorme travail de  prédication de longue haleine de la part de  Abdullah  Al Da` y, sous le signe de l’allégeance à  la famille du Prophète et  d’  El Mehdi El Mountadhar qui devait être couronné Chef de l’Etat en la personne de Abou Abdallah El Mehdi.
Ayant établi sa Capitale à Kairouan, il a mis fin aux royaumes des Rostomides, des  Idrissides et des Aghlabides avant de lancer toutes ses forces dans la conquête de l’Egypte et y établir un Califat chiite qui durera des siècles  jusqu’à ce que Salah Eddine (qu’Allah preuve de Miséricorde envers lui) lui donna le coup de grâce. L’Egypte réintégrera alors le giron sunnite.
      LES FATIMIDES OCCUPERONT LE MAGHEB (de 297 à 567H).

5. Les  Zirides : Une fois le Calife fatimide parti du Maroc, Bouloughine ibn Ziri a fondé un Etat indépendant du Califat abbasside dans le Maghreb central ( l’Algérie actuelle) et pris « Bejaia » comme Capitale. Celle-ci devint un Centre de rayonnement culturel dont l’impact dépassa les frontières du royaume. Notons par exemple que le grand dirigeant  des Mouwahidines   Abdelmoumin Ibn Ali qui établit la dynastie almohade après son premier fondateur Ibn Tumurt  a  acquis ses diplômes dans ses écoles, ainsi que le célébrissime ingénieur  et sculpteur italien Leonardo de Vinci.

L’État Hammadite établi à Béjaia a existé de 398 à 540 H et a fini par  tomber  sous les attaques des envahisseurs Normands venus du  Nord, des Beni Hilal de l’Est et du Sud, et des Morabitines de l’Ouest.

 6. Les Mourabitounes : Fondé en Mauritanie par Abdallah ibn Yassin, cet Etat  fut solidement édifié et consolidé par  le grand Chef  Youcef Ibn Tachfin et grandit  jusqu’à s’étendre à différentes régions du Maghreb. C’était un Etat très fort  imprégné de piété qui a repoussé  à maintes reprises les attaques Espagnoles  contre les  maghrébins, défendu les Musulmans persécutés en Andalousie  et  contribué à y renforcer l’existence arabo-  islamique.

Les Mourabitounes ont régné de 487 à 558 H. Leur royaume a succombé en grande partie à  l’ingérence des Fouqaha ( hommes de la loi islamique ) dans la politique sans en maitriser les outils, ce qui permit à El Mahdi ibn Toumart d’user de sa ruse et de sa grande  expérience pour en saper les piliers.

7. Les Mouwahidounes : Ce royaume a été le premier Etat Maghrébin unifié  par ses habitants d’origine. En plus, son emprise s’étendit en Andalousie. C’est Ibn Toumart qui le fonda  en 513. Son successeur, Abdoul-Moumin Ibn Ali contribua  grandement à sa consolidation. Il s’illustra par l’immense intérêt qu’accorda l’Etat à la science et la culture diffusées à grande échelle. Le philosophe et juriste Ibn Rushd a fréquenté  ses écoles, Ibn Tufayl, le célèbre philosophe, également, en plus de centaines d’autres  savants émérites.

Le royaume mouwahide s’effondra en 609 H. après avoir été vaincu par les Croisés en Andalousie.

                      DIVISION DU MAGHREB ISLAMIQUE

Après l’effondrement de l’Etat Mouwahide,  le Maghreb s’est retrouvé  divisé en trois Etats indépendants :

– L’Etat hafside en Tunisie.

– L’État Marinide au Maghreb Al-Aqsa.

– L’État Zianide en Algérie.

D’autre part, l’Andalousie a déclaré son indépendance au profit de  ses Emirs.

Il est à noter que l’Etat zianide  a été créé par Yaghmourassen  Zayyan en 633 H.  et s’est donné Tlemcen  comme Capitale. Il a continué d’exister pendant  trois siècles où se succédèrent d’interminables guerres  contre ses voisins ainsi que  contre les  tentatives d’invasions des Espagnols.

Ibn Khaldoun a vécu durant cette période dans l’actuelle Algérie et y a écrit  ses célèbres   « Prolégomènes  » ou  » Al Muqadimma ».

Ce sont les autorités de cet Etat  qui ont  demandé en 926 H. l’aide des Turcs pour faire face aux attaques des Espagnols et des Portugais ; et là commence l’avènement turc avec l’arrivée de contingents militaires avec à leur tête les deux Frères  Kheireddine, et Baba `Arrouj pour faire face aux agressions des Espagnols et des Portugais . Ainsi, l’Algérie a été rattachée au Califat ottoman. Elle  le restera jusqu’à la conquête française.

Remarquons que depuis l’avènement de l’Islam, les pays du Maghreb islamique n’étaient régis dans tous les domaines de la vie sociale  que par  la chari’a qui sera abolie par les autorités coloniales.

 

A.K.